Conseils

DOULEUR AU GENOU ?

Est-ce un syndrome ? FÉmoro-patellaire? Une tendinopathie?

Dans cette section, nous aborderons principalement les pathologies non traumatiques du genou, soit les pathologies ne résultant pas de lésion traumatique (touchant les ligaments et le ménisque), ni les lésions de type dégénératives (arthrose, arthrite).

Parmi les pathologies non traumatiques du genou, les diagnostics les plus fréquents sont le syndrome fémoro- patellaire et la tendinopathie. Ces deux pathologies font partie des lésions de surutilisation des structures articulaires et périarticulaires du genou.

Le début des symptômes est généralement et fréquemment relié à une augmentation du volume ou de la fréquence de l’activité pratiquée. Un exemple typique que l’on retrouve en clinique est lors du début d’un nouvel exercice ou d’une activité inhabituelle (course à pied, cross-fit).


Syndrome fémoro-patellaire (SFP)

Ce syndrome se retrouve principalement chez les jeunes filles actives pratiquant un sport en particulier. La douleur est surtout localisée autour de la rotule. Il s’agit d’une douleur qui survient de façon progressive et qui est exacerbée par certaines activités, telles la position assise prolongée, les squats, l’utilisation des escaliers, même marcher peut être douloureux.

Quelles sont les causes de ce syndrome?

Le SFP est une condition multifactorielle. Des facteurs intrinsèques (alignement dynamique anormal de la rotule, déséquilibre musculaire, mauvaise biomécanique dynamique) associés à des facteurs d’exacerbation (course, sport, squat) peuvent alors déclencher les douleurs.

Votre physiothérapeute sera en mesure d’identifier la cause de ces douleurs et ainsi planifier un plan de traitement adéquat (taping, renforcement du quad, renforcement des muscles de la hanche).


Tendinopathie rotulienne

La tendinopathie rotulienne est une blessure de surutilisation qui engendre des douleurs en-dessous de la rotule du genou. La tendinopathie étant un processus dégénératif et non inflammatoire, les causes d’une surcharge mécanique sur le tendon doivent alors être identifiées.
Encore une fois, votre physiothérapeute sera en mesure d’évaluer s’il y a surutilisation, une biomécanique inadéquate ou encore un déséquilibre musculaire.


Traitement

Lorsqu’il s’agit d’un épisode aigu, l’application de la glace est recommandée ainsi que du repos pour quelques jours.

Le renforcement du tendon est un aspect primordial de la guérison de ce tissu, puisque les forces de tensions stimulent la formation de nouvelles fibres de collagène. Un programme d’exercice peut alors être prescrit très tôt dans la réadaptation et ce, selon la symptomatologie du patient.
Le programme d’exercices donné se doit d’être bien encadré par votre physiothérapeute, de par un suivi au début et ce, afin de s’’assurer du bon équilibre entre un stimulus suffisant et un renforcement trop exigent, risquant de nuire à la guérison.


Syndrome de la bandelette ilio-tibiale (BIT)

Le syndrome de la bandelette est la blessure la plus fréquente chez les coureurs et résulte d’une surutilisation. La douleur est principalement localisée sur le côté externe du genou.
Le syndrome de BIT va graduellement limiter la pratique de votre activité sans toutefois être présente au repos ni à la marche.


Traitements en physiothérapie

Corriger les causes sous-jacentes, mise en place d’un taping, ainsi qu’un programme de renforcement des muscles de la hanche, font partie des traitements prodigués pour ce type de problème.

Nous vous avons présenté les principaux pathologies non traumatiques du genou soit, le syndrome fémoro-patellaire et tendinopathie rotulienne/ BIT.

D’autres lésions non traumatiques sont aussi à considérer lors de notre évaluation en physiothérapie : entre-autres, les tendinopathies des ischios, de la patte d’oie, du muscle poplité, ainsi que les bursites, le syndrome du coussinet graisseux, du plica synovial, etc.

Cependant, même si aucun traumatisme n’est rapporté dans l’histoire du patient, il est important de tenir compte et d’évaluer les autres catégories de lésions, soit : Les lésions suite à un traumatisme passé, pour lequel certaines séquelles peuvent persister même si la blessure initiale semble être résolue.

La présence d’un épanchement ou d’une synovite non traumatique pouvant évoquer une maladie dégénérative, dont l’arthrose.



Roula Karaziwan, physiothérapeute

← retour